Blues, Blues Rock, Reviews

Jessie Lee & The Alchemists « Let It Shine »

Quelle bonne surprise que d’aller chercher son courrier, et de trouver dans sa boite aux lettres une enveloppe contenant ce deuxième album de Jessie Lee & The Alchemists ! Ici dans Nos Nouvelles Reviews, vous êtes plus habitués à découvrir les nouvelles sorties du gros son dont le pit est le principal terrain de défoulement, mais le plus important est de discuter et lire musique. Et justement ça tombe bien, car de musique il en est question ici avec « Let It Shine » nouvel opus de la formation Parisienne.

Ne connaissant absolument pas le premier LP éponyme sorti en 2018, c’est en séquence découverte façon Ushuaïa que l’on plonge dans l’univers de ce groupe incessamment comparé à Beth Hart et le Tedeschi Trucks Band. Alors même si on a constamment besoin de comparer (bis) pour savoir si ça va nous plaire ou pas, à l’écoute complète de « Let… » on constate que le son et la musique de Jessie Lee et ses amis surpassent laaaaaargement les références citées. Quitte à ce que mes propos fassent grincer quelques dents ici on s’en tamponne grave, car au bout d’un moment les comparaisons (ter) ça gave !

Autant parfois le vibrato de la miss Hart à tendance à lasser l’écoutille, à contrario celui de la miss Lee se trouve être plus affirmé, travaillé et défini. Cherchez pas c’est comme ça. Et que dire des guitares d’Alexis Didier alias Mr. Al, dont chaque mesure est travaillée avec justesse et précision au son vraiment recherché. On sent que le guitariste a passé du temps à bidouiller son pedalboard pour trouver le « truc » adapté à tous les morceaux, j’ai envie de dire chapeau car c’est ce qui permet à l’album de sortir du lot, et en plus le gars joue super bien !

Pour rentrer dans le détail du tracklisting, « Let It Shine » navigue dans les eaux du blues-rock avec « You Gotta »/ »The Same », rend hommage à Stevie Ray Vaughn sur « Get Out Of My Head », ressuscite l’âme de Joe Cocker dans les trippants « One Only Thing »/ »Sometimes », donne de la soul à son blues avec « But You Lie »/ »Let It Shine »/ »Another », modernise l’ensemble avec « You Took My Mind Away » dans lequel wah-wah, rythmique cocotte et synthé planant ne font qu’un, pour conclure sur l’intense flamboyance de l’acoustique « I Don’t Need To Say » dont le riff de refrain sonne délicieusement heavy.

Ajoutez à cela une production en béton dont le mix a été confié à un certain Kevin « Iron Maiden sound » Shirley, vous avez entre les mains et surtout dans les oreilles un album dont la qualité de composition ne tombe jamais dans le cliché du blues, qui a une fâcheuse tendance à être sottement auto-plagié par ses propres interprètes. Va comprendre…

Guillaume

Line-up : Laurian Daire (keyboards) / Stéphane Minana-Ripoll (batterie) / Alexis « Mr Al » Didier (guitares) / Jessie Lee (chant/guitares) / Laurent Cokelaere (basse)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s