Hard Rock, Interviews

Axel Rudi Pell, l’irréductible Teuton…

Cette année le guitariste Axel Rudi Pell sort son 25e album studio (!!!) « Sign Of The Times », et continu de surfer sur la vague du hard-rock initié par les ainés Deep Purple / UFO. Depuis trois décennies, et bien loin des modes, notre homme poursuit son chemin avec passion et inspiration. Nous sommes le 16 Avril 2020, le fléau coronavirus bat son plein, et à l’autre bout du fil notre interlocuteur est bavard et très enthousiaste à l’idée de parler de son nouveau disque.

Le magnéto est en mode « rec », et on commence à discuter de son précédent opus « Knights Call » sorti en 2018…

Axel Rudi Pell : « J’en suis très content et je remercie les fans de lui avoir réservé ce superbe accueil ! Beaucoup de personnes trouvent que « Knights Call » est un de mes meilleurs disques et qu’il s’inscrit dans la continuité de « Game Of Sins » (2016). Donc oui un bilan très positif, et j’espère très sincèrement qu’il en sera de même pour « Sign Of The Times » qui sort bientôt hahaha ! »

Une amorce bien placée qui anticipe la question suivante…

« Comme on peut le voir sur la pochette, il y a cette grande horloge qui indique qu’il est minuit passé de deux minutes, ce qui signifie pour moi que le temps est passé de l’autre côté… Depuis environs quatre ans maintenant nous traversons de grands bouleversements, et avec ce qui en train de se produire avec ce fichu Covid-19 c’est pas prêt de s’arrêter malheureusement ! D’habitude, j’évite de parler des politiciens ou des troubles de notre société si tu veux, mais depuis ces dernières années je trouve qu’il se passe trop de choses étranges qui ne tournent pas vraiment en notre faveur et ça me tenait à coeur d’en parler sur l’album. »

124487

Le son et l’interprétation de « Sign Of The Times » replongeront l’auditeur dans l’univers de Scorpions, Rainbow, Europe et UFO. Références qui font partie de l’ADN du guitariste. Axel aborde maintenant sa vision très personnelle de la composition…

« Tu sais, j’ai toujours trouvé qu’en écoutant ces groupes il y a toujours eu une certaine fraicheur dans leurs riffs et mélodies. Depuis le temps que je compose pour mes albums, je fais toujours en sorte d’écrire des couplets et des refrains qui restent en tête. J’aime chercher des riffs cool et quand j’en trouve un bon et qui donne bien alors je le garde car je sais qu’il sonnera sur l’album hahaha ! »

« Sur tous mes albums depuis le début je fais tout moi même de A à Z ! C’est du « me, myself and I » hahaha ! C’est pour cette raison que mes disques portent mon nom et non celui d’un groupe. Les musiques que j’écris me correspondent et font partie de moi. Je compose toutes les lignes musicales pour la basse, le claviers, la guitare, les rythmes pour la batterie et les mélodies vocales. Lorsque nous nous retrouvons en studio pour enregistrer, aucun des musiciens n’a au préalable écouté la moindre démo, je n’envoie jamais rien et personne ne sait à quoi va ressembler le prochain album ! Je travaille de cette manière pour garder le maximum de fraicheur et de spontanéité. On se retrouve et c’est à ce moment que nous écoutons les démos tous ensemble. »

« Par exemple, je dis à Bobby Rondinelli (batteur) « tu vois à ce moment là tu peux jouer comme-ci et comme-ça, là l’aimerais bien que tu fasses tel et tel roulement etc… », ce genre de chose et ça fonctionne très bien de cette manière. Bobby est certainement l’un des meilleurs batteurs avec qui j’ai joué dans toutes ma carrière. Même chose pour le chant de Johnny Gioeli, il écoute les lignes mélodiques composées mais c’est lui qui écrit ses textes. J’aime avoir ce « contrôle » sur ce que nous jouons. Je suis très loin d’être un dictateur heureusement, mais comme je je disais tout à l’heure c’est mon nom que l’on retrouve sur les albums. Même chose pour la production, je m’occupe de tout. »

736172

Le premier disque d’Axel, « Wild Obsession », est sorti en 1989 et depuis plus de trente ans maintenant ses albums sortent à un rythme plus que régulier. Cadence dont certaines formations devraient s’inspirer (ndr : je dis ça je dis rien). Mais dis-moi Axel, où puises tu encore ton inspiration en 2020 ?

« C’est vrai que depuis le temps ça surprend toujours hahaha ! Mais tu sais, c’est quelque chose de très naturel et de magique ! J’ai toujours cherché à composer de bonnes chansons, aussi bien pour les albums passés, que pour « Sign Of The Times » et pour les prochains. Sans faire de cliché, j’ai toujours ce feu dans mon coeur dans mon âme, c’est en moi et c’est comme ça. Cette inspiration est partout et il en a toujours été ainsi, c’est toute ma vie. Lorsqu’on me demande depuis le temps que j’enregistre des albums, lequel est mon préféré, je réponds toujours que c’est le nouveau car c’est toujours capté sur un moment donné. Je donne toujours le meilleur de moi-même à chaque fois, ainsi que tous les musiciens avec qui j’ai joué. »

« J’ai eu ma première guitare acoustique à 12 ans, et j’ai eu une révélation en regardant à la télé Deep Purple avec Ritchie Blackmore et là je me suis dit « Wouah, ce gars est génial, c’est ce que je veux faire ! Je veux jouer de la guitare ! ». Il y avait quelque chose de mystique qui venait de lui, c’est un guitariste fabuleux. Ensuite j’ai découvert Michael Schenker, Uli Jon Roth bien sûr, Jimi Hendrix aussi est toujours une très grande influence pour moi c’est évident. »

Puisque l’on parle influences, on en vient aux guitares favorites du maestro. Avis aux gratteux en herbe…

« C’est en voyant jouer Ritchie Blackmore sur une Fender Stratocaster que j’ai voulu en avoir une. Je trouvais que le son et la forme étaient super cool et l’instrument confortable. Ensuite j’ai vu que Jimi Hendrix jouait aussi sur une Strat’ donc c’était évident que c’était la bonne guitare pour moi. Bien entendu j’ai aussi essayé plusieurs Gibson Les Paul et SG, mais je trouve qu’avec une Les Paul le son est plus facile à avoir tout de suite, ce sont des guitares faciles à jouer. Tandis qu’avec une Fender c’est autre chose. C’est le meilleur moyen de trouver son propre son, mais ce n’est que mon avis personnel hahaha ! »

« Pour le nouvel album j’ai utilisé plusieurs Fender Strat différentes. Quatre Standard pour l’enregistrement des rythmiques et trois avec le manche scallopé (ndr : touche légèrement creusée) pour les solos. Ensuite pour les amplis j’aime beaucoup les Engl Powerball 1, et pour faire ronronner le tout j’ai ma fidèle Ibanez TubeScreamer hahaha ! »

Pour conclure Axel, quelques mots pour tes fans ?

 

Guillaume

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s