Heavy Metal, Reviews, Speed Metal, Thrash Metal

Anvil « Legal At Last »

Lorsque nous avions rencontré le trio Canadien lors de son dernier concert Parisien au Trabendo en support de l’album « Pounding The Pavement » en Février 2018, le bassiste Chris Robertson avait déclaré que quelque soit l’album du groupe,  Anvil reste Anvil et Anvil fera toujours du Anvil ! Un point c’est tout, et ça fait depuis 1977 et vingt albums studio que ça dure.

Tout le monde connait les difficultés que le groupe a traversé pendant de longues années et qui par l’intermédiaire d’une bobine plus ou moins discutable en 2008 a été remis en selle pour ensuite vivre le meilleur de sa carrière. Ne pas oublier qu’historiquement il fût le créateur du speed-metal au même titre que ses compatriotes d’Exciter et Razor !

NV_LAL_C_3000x3000

Depuis l’album « Juggernaut Of Justice » sorti en 2011 qui a permis à la bande de Lips de sortir du tunnel, notre enclume Canadienne nous sert ce qu’elle sait faire de mieux, c’est à dire du Anvil et ce n’est pas « Legal At Last » qui contredira mes propos. Tout est là, les riffs qui ont fait la marque de fabrique de Steven Kudlow comme sur « Nabbed In Nebraska », « Chemtrails » ou encore « Talking To The Wall », Robb Reiner qui derrière son kit soutiendra son frère d’arme jusqu’à la fin, et Chris Robertson fait le boulot ça va sans dire. Niveau lyrics faut pas chercher pendant des lustres, ça parle de sexe, de rock n’ roll et de la légalisation de la marijuana au Canada, ce qui est une très bonne chose selon les propos du chanteur.

Côté gratouille les soli du père Lips sont toujours aussi typiques du genre qu’il a crée, maintenant à voir en live pour savoir sur quel nouveau titre le vibro sera de rigueur… En revanche, s’il y a bien une chose qui colle à la musique du combo de Toronto , c’est la voix ! Comment envisager un album du groupe sans l’éternel timbre de son géniteur ? C’est comme si Rob ne chantait plus Judas Priest, comme si Brian n’électrisait plus AC/DC ou encore un Angry sans sa Rose ! C’est carrément mission impossible à imaginer, Jim Phelps forever !

Alors oui c’est vrai, Steven n’est pas non plus The Voice, on aime ou pas, mais la yunque du speed-metal est toujours là en 2019 et les fans se déplacent toujours lorsque un concert est annoncé en ville (ndr : la tournure n’étant pas intentionnelle), alors…

NV_LAL_P01_by_Rudy_De_Doncker

A noter pour les plus pointilleux d’entre vous, que le groupe se permet dans « Legal At Last » une légère redite de son propre répertoire avec un auto-plagiat (?) du titre « Gasoline » qui rappelle très grandement « This Is Thirteen ». En écoutant juste le premier couplet du morceau en question c’est à s’y méprendre, et puis la onzième plage « Said And Done » est tout simplement un hommage à Black Sabbath, avec le riff  principal qui ramène au  standard « Lord Of This World ».

Bon, pas de quoi flageller non plus le trio qui ne décevra pas du tout ses fans avec cette nouvelle offrande, et on a vraiment hâte de revoir cette institution en concert lors de sa tournée qui traversera l’Europe de fin-Février à mi-Avril 2020 !

Metal On Metal !!!!!!!!!

Europe tour 2020

Guillaume

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s