Reviews, Speed Metal, Thrash Metal

Toxik « Dis Morta »

Massacre Records a frappé un grand coup en signant ce groupe vétéran, natif de l’état de New York ! Ces thrashers s’étaient fait connaitre en 1987 avec leur brillant premier disque « World Circus », et avaient déposé le bilan en 1992 au lendemain de la tournée du second LP « Think This » de 1989. Et puis plus rien… Quelques EP’s et compilations, sans grand engouement du côté des labels, font le bonheur des fans de temps en temps, mais il faut vraiment attendre cette année 2022 pour que la maison de disque allemande ne sorte ce tant attendu troisième album. Et quel album !

On le lit et on le répète souvent un peu partout via la toile ou la presse, que tel ou tel nouveau disque est une déclaration de guerre, ou ce genre d’allusions, mais avec « Dis Morta » le propos s’avère tout à fait exact et justifié. Je ne sais pas ce qu’ont enduré les musiciens du groupe pendant toute ces années, mais là il fallait vraiment que ça sorte ! Les dix titres vont tout simplement vous exploser les oreilles !

La production est puissante, les morceaux solides comme c’est pas permis, les guitares flamboyantes (écoutez entres autres les soli de Creating The Abyss et Straight Razor), la technicité musicale omniprésente (Chasing Mercury / Feeding Feezy), le duo basse/batterie est magistralement mixé, et le chant du nouveau venu Ron Iglesias rappelle le bon souvenir de Mike Sanders.

Seul rescapé de la formation originale, Josh Christian excelle tant au niveau de la qualité de la composition que par ses prouesses guitaristiques. Steve Vai aurait-il squatté le lecteur MP3 de notre ami ? Ici on en sait fichtrement rien, en revanche ce que l’on peut vous dire, c’est que vous êtes en présence d’un album de thrash-metal technico-mélodique à souhait, et qu’attendre le cinq août pour poser les tympans dessus est un supplice qu’il va falloir combler en réécoutant les deux premiers LP’s.

Petite note pour les aficionados du style, « Dis Morta » m’a fait penser au génialissime « Order Of The Illuminati » publié en 2003 par l’auto-sabordeur John « Agent Steel » Cyriis, autrement dit un must ! Saluons au passage Massacre Records, qui non seulement redonne vie à ce baron du thrash qu’a été Toxik, mais vient de rajouter dans son écurie une autre figure emblématique de la Bay Area en la personne du légendaire Trauma. On attend le successeur de « As The World Dies » (2019) avec grande impatience et le meilleur est toujours à venir, la preuve en est ici.

Toxik @ Hedon, Zwolle 2019

Guillaume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s