Interviews, Thrash Metal

EvilDead, united states of thrash-metal ! L’interview de Juan Garcia

Issus de ce qui a été nommé injustement dans les 90’s de « thrash-metal de seconde zone », au même titre que Nuclear Assault, Forbidden, Flotsam & Jetsam, Exhorder et d’autres, à qui il avait été reproché par certains de la qualité médiocre des albums, EvilDead refait surface en 2020 avec ce qui pourrait être considéré lors des prochains debriefing de fin d’année, l’album de thrash que plus personne n’attendait, oui rien que ça ! Alors que les « ténors » du genre s’enlisent depuis un bail ou splittent, le quintet de L.A propose à ses fans et aux puristes du genre, un must à en devenir à base de riffs implacables, refrains typiques du style, rythmiques favorables au headbanging le plus sévère, et une production blindée façon panzer confiée à monsieur Bill Metoyer. Evildeademment (ndr : oui oui vous avez bien lu), à l’écoute de l’inespéré troisième album en question, il ne nous en fallût pas plus pour aller tailler la bavette avec le guitariste Juan Garcia, qui vous raconte tout tout tout sur cette nouvelle ère…

Salut Juan ! Comment se porte la team EvilDead ?

Et bien ça va super merci ! Nous sommes très fiers de notre nouvel album «United States of Anarchy», il nous a fallu beaucoup de temps pour terminer l’enregistrement, mais finalement il sortira chez Steamhammer le 30 octobre 2020. Nous avons beaucoup travaillé sur le nouveau matériel, la composition, les arrangements, et donc c’est bien d’avoir enfin le produit fini prêt à être livré à la communauté du métal hahaha !

Peux tu nous rappeler pour quelles raisons le groupe avait splitté vers 1993/1994 ?

Après la sortie de «Live… From the Depths of The Underworld», nous avons senti que nous ne pourrions plus aller aussi loin que possible à ce moment-là. Il n’y avait plus aucun sens à continuer, et après les divers changements de line-up que nous avions vécu, nous avons pensé qu’il valait mieux laisser le groupe tranquille. Aussi sur la côte ouest, à l’époque, le son du métal changeait beaucoup, le mouvement grunge est devenu populaire et nous n’avions plus le même soutien de la part des salles, des promoteurs. Nous avons tout simplement perdu tout intérêt et nous n’allions pas changer notre son pour ce qui était devenu populaire, c’est sûr ! Nous avons donc estimé qu’il valait mieux laisser EvilDead seul à ce moment-là, et aujourd’hui encore je pense que nous avions fait le choix le plus judicieux pour nous.

… et les raisons de votre retour pour aussi enregistrer un nouveau disque ?

Pour moi c’était clair, la motivation était d’achever ce qui avait été inachevé justement. Je voulais enregistrer un nouvel album d’EvilDead depuis que nous avons recommencé à enregistrer des démos. la première était celle du titre «Blasphemy Divine» en 2011 avec Steve Nelson au chant. Puis en 2016, Phil Flores a rejoint le groupe et nous sommes devenus plus sérieux et avons continué à enregistrer des démos jusqu’à notre entrée en studio dès novembre 2019. La motivation principale était aussi l’excitation et la demande de nos fans, l’idée de composer un bon album de thrash-metal était le but à atteindre !

EvilDead est donc de retour avec « United States Of Anarchy », un troisième album très puissant, et on a vraiment l’impression qu’il s’agît de la continuité d’ « Annihilation Of Civilization » et « The Underworld ». Quel était l’objectif premier avec « United… », en matière du son et de la production ?

La première idée était de faire un album dont les fans seraient heureux et enthousiasmés, et c’était un pas très naturel et organique dans la bonne direction. L’ensemble du processus d’enregistrement s’est déroulé sans heurts pour la plupart; la seule partie stressante concernait la pandémie de Covid19 et certains problèmes de planification avec nos sessions d’enregistrement. Pour moi, et tu as raison, « United… » est une continuité de nos deux premiers albums, et nous sommes très fiers de toute cette nouvelle musique. Tous les membres du groupe ont travaillé vraiment dur !

EvilDead est loin de sonner comme du « modern-metal », et pour moi vous suivez cette veine du thrash-metal de vos débuts. C’est l’ADN du groupe ?

Nous restons fidèles à notre son et à notre vision. Nous sommes un groupe de thrash depuis le début, donc nous sommes restés concentrés sur le fait de garder ce son réel, lourd et très EvilDead ! Nous sommes un groupe de la vieille école et nous ne sommes pas influencés par ce qui est populaire dans le son et la production. Je respecte les groupes de metal modernes, mais nous nous sommes tenus à 100% à la tâche à accomplir, sortir un album d’EvilDead avec de la musique « kick-ass » pour les fans et pour la communauté métal.

Et ce nouvel album Juan, de quoi parle-t’il ?

Nous avons beaucoup de chansons sur les questions sociales, les questions politiques, la guerre, la religion, c’est la veine EvilDead hahaha ! Si vous connaissez nos anciennes paroles, vous verrez que c’est une véritable suite de nos thèmes premiers. Nous ne craignons pas la controverse et nous encourageons également l’auditeur à faire sa propre interprétation de nos paroles.

La signification du titre de l’album, « United States Of Anarchy » ?

Le titre initial était «Rise of Evil», mais bon sur le moment nous avons senti que c’était un peu générique, et quand nous avons reçu notre pochette d’album d’Ed Repka l’illustrateur, nous avons estimé que «United States Of Anarchy» était un plus approprié pour la musique et la pochette. Le concept de la cover-art de l’album est venu d’un film intitulé «Soylent Green» des années 70, et aussi influencé par les émeutes de 1992 à Los Angeles. Ce nouvel album est un discours global très fort, la production de Bill Metoyer est incroyable et oui je pense très sincèrement que la musique et les paroles correspondent pleinement à la pochette et son titre.

Pour la musique et les textes, comment s’est réparti le travail entre vous ?

Une bonne partie du matériel a été composée par Albert Gonzales et Rob Alaniz, et les paroles sont de Bob Rangel (notre ami co-scénariste) bien sûr. Le reste du groupe a également contribué à la composition à sa manière. avec des parties de musique supplémentaires, ou des paroles, ou des arrangements, des suggestions. Tout ce qu’il fallait pour créer la meilleure musique possible. «Greenhouse» est une chanson qui aurait pu figurer sur notre premier album, elle avait été écrite à l’époque mais jamais enregistrée. Il y a beaucoup de parties restantes, ainsi que d’anciennes paroles, et aussi de toutes nouvelles parties, avec de toutes nouvelles paroles écrites par Phil Flores, et aussi de toutes nouvelles chansons comme « Seed of Doubt », donc c’est une bonne combinaison de beaucoup d’éléments . Je suis très heureux des contributions de toutes les personnes impliquées dans la création de ce nouvel album. Il y a eu beaucoup de passion dans le processus de composition et d’enregistrement.

Sans oublier la production de Bill Metoyer qui est énorme ! Pourquoi avoir fait appel à lui ?

J’ai travaillé avec lui dans le passé, et avec EvilDead on travaille avec Bill depuis 2017, on a enregistré les démos pour le nouvel album, et quand est venu le temps de mettre en boite le nouvel album, il était tout à fait logique de demander à Bill de produire « United… ». Nous l’avons bien sûr coproduit avec lui, mais sans lui à la barre, je ne pense pas que nous aurions obtenu le même son. Nous voulions faire un album de thrash-metal au son naturel très organique avec pas trop d’influences modernes, voire pas du tout. Je pense que ce nouvel album d’EvilDead est un pas très naturel dans la bonne direction de l’avenir de ce groupe, cela ne fera que s’améliorer à partir d’ici.

Et pour la troisième fois, il y a ce personnage qui revient sur les pochettes du groupe. Qui est-il ?

Il s’appelle « Evil Fred » et il trouve son chemin en tant qu’observateur de ce qui se passe autour de lui, un ‘Harbinger of Evil’ (il y a maintenant un nouveau titre de chanson hahaha !!!). C’est un personnage cynique et diabolique, et bien sûr c’est notre mascotte.

Que penses-tu du retour depuis quelques années de formations comme Exhorder, Heathen, Possessed qui par la passé avaient sorti des albums géniaux et devenus légendaires dans le genre ?

Alors j’ai écouté le nouvel Exhorder et le son est fantastique! Le Heathen a une production impeccable, et des chansons superbes, Possessed sont des amis à nous et ils ont aussi un nouvel album fantastique. C’est un bon moment pour le thrash-metal et nous ne pouvons pas attendre la fin de cette pandémie pour pouvoir sortir et jouer en direct, promouvoir notre nouvel album et rencontrer les fans. Le facteur important est que chacun reste en sécurité et respecte le protocole afin que cette pandémie puisse disparaître et que nous arrivions à ce qui est important pour la plupart d’entre nous et c’est la musique.

Pour moi la démarche d’EvilDead est beaucoup plus honnête et sincères, que certaines pointures comme Metallica, Slayer, Megadeth qui ne proposent pas grand chose (ndr : qui se séparent même) depuis longtemps. As tu des regrets concernant la courte carrière d’EvilDead dans les 90’s ?

Ce sont des groupes fantastiques que tu mentionnes, nous restons et sommes des gens très humbles. Cela dit, il faut comprendre que les années 90 ont été une période difficile pour nous en tant que groupe sur la côte ouest, et nous avons fait une bonne chose en nous arrêtant comme nous l’avons fait, il n’y avait aucun regret avec cette décision, c’était une démarche honnête. Le plus important, est que nous soyons de retour avec un nouvel album.

Maintenant lorsque tu écoutes « Annihilation… » et « Underworld », qu’en penses-tu et si tu avais à les comparer à « United… » ?

Du point de vue de la production, je pense que ce nouvel album est vraiment bon et c’est une excellente représentation d’EvilDead. Je pense aussi que le style des chansons est plus proche de notre premier album « Annihilation of Civilization » que « The Underworld ». J’écoutais nos albums précédents l’autre jour, et à l’avenir j’aimerais remixer «Annhilation of Civilization». Ces trois disques sont spéciaux pour moi. « United… » représente une progression naturelle du groupe depuis «The Underworld».

Et pour conclure Juan ?

Merci de soutenir EvilDead, et nous espérons que vous allez aimer notre nouvel album « United States of Anarchy », en espérant vous voir une fois cette pandémie terminée. On croise les doigts 😉

EvilDead, nouvel album « United States Of Anarchy », sortie le 30 Octobre – Steamhammer

« The Descending » premier single extrait de « United States Of Anarchy »

Rappel discographique…

« Annihilation Of Civilization » 1989
« The Underworld » 1991
« Live… From The Depths Of The Underworld » 1992

EvilDead, line-up 2020 :

Albert Gonzales – Rhythm/Lead Guitars
Juan Garcia – Rhythm/Lead Guitars
Rob Alaniz – Drums
Phil Flores – Lead Vocals
Karlos Medina – Bass

Guillaume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s