Heavy Metal, Interviews, NWOBHM

Tokyo Blade – Interview Andy Boulton

Formé en plein essor de la fameuse NWOBHM, Tokyo Blade perpétue haut et fort depuis 1982 la flamme du mouvement et n’a jamais rangé dans son placard ses riffs accrocheurs et ses mélodies efficaces. Pour preuve, son précédent album « Unbroken » avait été très bien accueillit par la presse et les fans, si bien qu’en 2020 le groupe de Salisbury poursuit sur cette lancée et enregistre « Dark Revolution » qui sortira le 15 Mai chez Dissonance Productions.

Après plusieurs écoutes de la galette, ça valait bien un appel téléphonique outre Manche pour discuter avec le très sympathique guitariste et fondateur du groupe Andy Boulton. Doté d’un accent « so british », notre homme a répondu à nos questions, à commencer par le bilan de l’ère « Unbroken »…

Andy Boulton : « Quand « Unbroken »  est sorti en 2018, nous avions été très content et surpris de constater que Tokyo Blade suscitait encore de l’intérêt auprès du public et des médias, c’était très agréable. Sa réalisation nous avait demandé pas mal de temps avec le budget à trouver pour l’enregistrement, le bon studio, le label etc.. C’est un album que nous aimons beaucoup et nous avons pris beaucoup de fun à le faire. De plus il marquait le retour de notre chanteur d’origine Alan Marsh, on avait tout pour sortir un bon album de Tokyo Blade et c’est ce que nous avions fait hahaha ! »

DISS0171CDD_SONY_12PP_BOOKLET.indd

Bilan positif pour le quintet, et le soliste en chef nous présente le nouvel album…

Andy Boulton : « Si on exclu les compilations, les best-of et les divers live « Dark Revolution » est notre 10e album studio. Il est beaucoup heavy que « Unbroken », si ce n’est déjà par les paroles. C’est un constat de la situation actuelle que nous traversons tous. Ce combat perpétuel entre l’argent, cette lutte pour accéder au pouvoir, le côté sombre de chaque individu et tous ces maux avec lesquels nous vivons malheureusement. Les nouvelles technologies dont nous dépendons ne sont pas étrangères à cette situation, et je pense qu’il va falloir que la situation change avant qu’il ne soit trop tard… Quand on voit aussi dans quel état est notre planète, je me demande souvent ce que nos enfants et petits-enfants vont trouver… C’est un grand trouble pour moi… »

« La pochette de l’album est très forte aussi quand on la regarde bien. Elle montre ce poing qui sort de la terre, cette chaîne qui nous retient à elle ! Nous sommes tous responsables et ce code barre tatoué signifie que l’être humain n’est pas un numéro mais bel et bien l’individu qui doit changer tout ça avant qu’il ne soit trop tard, comme je te le disais tout à l’heure. Quand tu vois les terribles incendies qui ont eu lieu en Australie, d’années en années on constate quand même qu’on a plus d’hivers, en ce moment il y a ce virus qui fait beaucoup de mal. Ce sont des signes à ne pas prendre à la légère. »

563307

Avec au bout du fil un des principaux acteurs de la scène heavy-metal Britannique du début des années 80, l’opportunité était trop tentante pour demander à Andy son ressenti de l’époque de l’apparition de la NWOBHM…

Andy Boulton : « Ce renouveau du hard-rock a été la réponse envers le punk si tu veux. A cette époque là il y avait tous ces groupes comme Led Zeppelin, UFO, Thin Lizzy dont j’ai toujours été fan. Dehors, tout était punk si je peux dire, et ce mouvement a été nécessaire car il a quand même remis les pendules à l’heure de pas mal de choses avec le recul. C’était une période ou les maisons de disques ne signaient que des groupes de punk car c’est ce qui marchait. Les jeunes groupes de heavy-metal qui émergeaient à ce moment comme Iron Maiden ont du se battre pour exister. Ils ont été les pionniers de ce mouvement qui était beaucoup plus musical et mélodique, et on a eu besoin de cette nouvelle fraicheur pour sortir du punk et former nos propres groupes. »

« J’ai toujours aimé écouter de la  musique très heavy, même encore maintenant. Bon, pour être honnête je ne suis pas un grand fan de thrash et death-metal hahaha, mais je ne pensais vraiment pas que ce son si typique qui a caractérisé notre style survivrait avec le temps. Lorsque je découvre ces jeunes groupes de maintenant qui déclarent avoir été influencés en même temps par Tokyo Blade et tous les autres qui ont contribué à ce mouvement, j’avoue que je suis fier d’avoir participé à quelque chose qui a traversé le temps c’est vrai. »

Et pour conclure Andy ?

Andy Boulton : « Je suis le premier surpris de voir que Tokyo Blade est toujours là même en 2020, et que nous continuons à sortir des albums. Nous avons connu des hauts et des bas c’est vrai, mais nous prenons toujours beaucoup de plaisir à jouer et composer ensemble, et c’est ce qui est le plus important. Je suis très fier de cela. »

Tokyo Blade website

(Message audio d’Andy Boulton à écouter ci-dessous)

 

Guillaume

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s