Black Metal, Doom / Sludge / Stoner, Reviews

Basalt, Doom Metal do Brasil !

Originaires de Sao Paulo, les Brésiliens de Basalt viennent de voir rééditer leur premier album de 2016 « O Coraçao NegroDa Terra » par le label Ritual Productions. Le p’tit nouveau ne devrait pas tarder à montrer le bout de ses riffs, et nous avons voulu faire davantage connaissance avec cette formation de Doom Black Metal en posant quelques questions à Luis Mazetto (guitare) et Marcelo Fonseca (chant)…

Salut à tous ! Présentez nous le line-up de Basalt…

Luiz : La formation actuelle est composée de Marcelo Fonseca au chant, de Pedro Alves à la guitare/backing vocals, de Leonardo Saldiva à la basse/backing vocals, de Victor Miranda à la batterie, et moi-même Luiz Mazetto à la guitare. Dans Basalt nous sommes tous des musiciens qui jouons ou avons joués dans différents bands comme Surra, Constrito, O Cúmplice, Meant to Suffer, Bomb Threat, Dor et Magzilla.

Racontez-moi les origines du groupe…

Luiz : Basalt existe depuis 2015. Je venais de quitter un groupe de grindcore avec qui je jouais depuis 8 ans (Meant to Suffer) et je voulais faire quelque chose de nouveau avec Pedro. Je connais Marcelo depuis longtemps, et j’ai toujours aimé sa voix et ses paroles – on avait fait quelques concerts ensemble avec un groupe dans lequel il jouait et a donc été le premier nom auquel j’ai pensé pour être le chanteur de ce que j’avais en tête. Marcelo de son côté a appelé Flavio, notre premier bassiste, car ils sont amis. Je ne connaissais pas Victor en personne, uniquement par le net à ce moment-là, et il était intéressé pour jouer avec nous après avoir vu un post sur Facebook sur ce nouveau groupe. Même si nous n’avions jamais joué tous ensemble auparavant, après notre première répétition nous avions déjà deux morceaux qui tournaient ! Ces deux titres se sont retrouvés sur notre premier album (« Vanitas » et « Terra Morta »), et nous avions le sentiment d’avoir quelque chose de spécial et / ou de différent dans nos mains à proposer.

Basalt Cover album

Votre premier album « O Coração Negro da Terra » a été réédité en mars chez Ritual Productions. De quoi parle t-il ?

Marcelo : Depuis nos premières répétitions, les chansons que l’on retrouve sur “O Coração Negro da Terra” traitent des thèmes qui explorent le langage subjectif des relations humaines. Comme les relations douteuses entre solitude et connectivité, et entre le rêve immatériel et la brutalité de la réalité. C’est toujours une collection de chansons, mais le thème principal est que nous avons tous des ombres beaucoup plus profondes dans nos personnalités que nous ne pouvons ni cacher, ni masquer. Même si nous avons des sentiments nobles, la petitesse, l’amertume, l’égoïsme, l’indifférence et d’autres sentiments encore pires font aussi partie de nous et jouent un rôle essentiel dans la médiation des relations.

Tous vos textes sont en Portugais, pourquoi ce choix? C’est en hommage à vos racines Brésiliennes ?

Marcelo : Oui en effet, parce qu’aujourd’hui plus que jamais, tous les genres et sous-genres du rock dans son ensemble, et particulièrement en ce qui concerne la musique extrême, sont des «enfants du monde» et peuvent être joués n’importe où sur la planète, dans n’importe quel pays, n’importe quelle langue. Je crois que la principale raison vient du fait que nous considérons cette construction artistique comme une partie de qui nous sommes, de notre origine, de notre époque et de la façon dont nous le faisons. Le Portugais est une très belle langue, tout comme le Français, l’Anglais, l’Espagnol et bien d’autres. En plus de croire vraiment que les paroles sonnent bien en portugais, il me semble qu’aujourd’hui, le public ne le voit pas comme quelque chose d’aussi exotique – Celeste (France), Sinistro (Portugal) et Sólstafir (Islande) en sont la preuve. Pour cette raison, nous nous sommes efforcés de rendre les paroles accessibles à toutes les personnes intéressées. Mais chanter en Portugais est une partie essentielle du groupe, tant sur le plan artistique que sur le plan esthétique.

De plus, il y a aussi un côté plus pratique : je ne parle pas assez bien l’anglais au point de me sentir à l’aise d’écrire et de chanter dans une langue différente. Dans toutes les langues, il existe des calques qui peuvent être manipulés esthétiquement pour provoquer un certain effet, ce qui n’est pas différent pour le Portugais.

Basalt 2

Le groupe pratique un Doom Metal avec une atmosphère empreintée au Black Metal. Comment décrivez-vous votre son ?

Luiz : Je pense que l’idée de départ était essentiellement de jouer une musique lourde et lente, et principalement autour de Neurosis et de groupes de doom metal classiques. Mais finalement – et de manière naturelle – nous avons commencé à ajouter des éléments différents à notre son. Pas seulement du black metal, mais aussi du punk / hardcore, du heavy metal plus traditionnel et même du rock alternatif. Honnêtement, je ne sais pas quelle est la meilleure façon de décrire notre son, car c’est vraiment un mélange de nos origines et influences différentes, ainsi que la façon dont nous travaillons ensemble lorsque nous écrivons et jouons. Cela dit, je pense peut-être que «doom / black metal» couvre la majeure partie du terrain pour nous.

Vos influences et inspirations pour écrire votre musique ?

Marcelo : En ce qui concerne les paroles, l’être humain est ma principale inspiration. C’est le carburant principal. Penser à la société, aux relations entre les groupes humains, au capital, à l’environnement, à la pourriture des valeurs symboliques, à la perte de mémoire et aux différents types d’amertume, de souffrances et des souffrances qui en découlent. Tout ce qui est décrit dans les paroles a une base humaine directe.

En plus de cela, beaucoup de choses proviennent des sciences humaines et sociales, de la littérature et des arts en général. En ce qui concerne cet enregistrement spécifique, il existe deux références directes et claires. « Os Homens Ocos » est inspiré du poème de T. S. Elliot « The Hollow Men », une « mise à jour » du sujet pour nos jours actuels. Diante da Dor dos Outros, quant à elle, est inspirée d’un livre intitulé « Concernant la douleur des autres », écrit par Susan Sontag. Le livre traite de l’appropriation des images de souffrance et de souffrance en tant qu’objet commercialisé et de la manière dont cela engendre notre propre inertie, vu la « normalisation » de la souffrance des autres.

basalt logo bis

Comment se porte la scène Doom au Brésil, et quelles sont les formations principales ?

Luiz : Il y a beaucoup de groupes sympas au Brésil qui jouent actuellement du doom metal. Certains de mes favoris sont Jupiterian, A b i s m o, Pesta, Fils de Sorcière, Abske Fides, Cassandra et Qerbero. Et il y a aussi beaucoup d’excellents groupes ici qui mélangent doom metal avec d’autres styles, comme Carahter, Noala et Monster Coyote.

Les projets de Basalt pour 2019 ? Vidéos, concerts au Brésil, peut-être en Europe ?

Luiz : Nous venons de terminer l’enregistrement de notre deuxième album qui devrait sortir au cours du deuxième semestre de l’année. Nous avons également quelques concerts programmés au cours des prochaines semaines, dont l’ouverture pour Enslaved à São Paulo – et nous ajouterons probablement d’autres spectacles au cours des prochains mois. À propos de jouer en Europe, c’est certainement quelque chose que nous voulons vraiment faire dans un proche avenir, mais nous n’avons pas encore de date pour cela.

Basalt Enslaved

Et dernier point mais non le moindre, que signifie Basalt ?

Marcelo : Nommer n’importe quoi est un travail difficile. Il est complexe de trouver quelque chose d’original à notre époque avec toute cette information. En me souvenant des paroles et des thèmes abordés, nous voulions que le groupe soit la représentation musicale intense de tout ce dont nous parlons. Quand nous pensons que nous sommes des êtres d’ombre, nous cognant et nous blessant mutuellement, détruisant notre planète, lorsque nous acceptons nos défauts et nos défauts, nous devenons définitivement plus humains. J’ai pensé qu’il serait intéressant de nommer le groupe d’après ce rock sombre, qui peut être la matière première de certaines des plus anciennes et des plus belles sculptures réalisées à la main. C’est une métaphore constante sur l’action de l’homme et de la nature. De mouvement intérieur. De la beauté dans les ténèbres.

28335881_1749060788485825_6654268239778949172_o

Guillaume

Basalt – Facebook

Basalt – Bandcamp

Ritual Productions

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s