Death Metal, Interviews, Metal Prog

Pestilence – Interview Patrick Mameli

Pestilence fait partie des groupes favoris de la rédaction. Aussi, lorsque l’on a appris que la tournée anniversaire des 30 ans de l’album « Consuming Impulse » déposait ses valises au Gibus de Paris, une interview avec Patrick Mameli s’imposait. C’est après le soundcheck du groupe et dans les loges très Rock N’ Roll (!!!) de la pourtant mythique salle Parisienne, que le leader de la formation culte c’est entretenu avec Guillaume de No Name Radio

Patrick, « Hadeon » est sorti il y a maintenant 2 ans, avec le recul que penses-tu de cet album ?

« Le problème que Pestilence a toujours eu, c’est que le groupe a sans cesse innové albums après albums, et nous avons perdu des fans à cause de ça. Car le temps qu’ils s’habituent au style d’un album, pour le suivant on passait déjà à un autre. Avec « Hadeon » j’ai essayé de rester dans un style musical reconnaissable pour les fans du groupe. Si tu prends, par exemple Obituary que j’adore, quelque soit l’album et le titre que tu écoutes, tu sais que c’est Obituary. C’est leur son et pratiquement tous les musiciens jouent ensemble depuis longtemps.

« Hadeon » a été un retour en arrière pour moi, car lorsque tu regardes notre discographie, les fans font toujours référence à « Consuming Impulse » et « Testimony ». « Hadeon » était le mix parfait de ces deux disques, maintenant je suis meilleur musicien, et le line-up de Pestilence est vraiment très bon. « Hadeon » est plus technique que « Consuming », j’ai évolué et cette tournée que nous faisons pour « Consuming » est vraiment un hommage pour cette période et les fans old-school de Pestilence. Tu sais, je ne fais pas du Death Metal pour l’argent, car autrement je ferai de la pop depuis longtemps déjà hahaha !

Consuming

Pestilence est actuellement en tournée pour célébrer les 30 ans de « Consuming Impulse ». Pourquoi cet album en particulier et pourquoi ne pas le faire pour « Malleus » ou « Testimony » par exemple ?

« Alors c’est prévu prochainement pour « Testimony ». On va rejouer sur scène l’album en entier avec toutes les intros et les titres dans leur intégralité (ndr : Yes !!!). Maintenant pour « Malleus », c’était le premier album de Pestilence, et il y avait encore toutes nos influences à l’intérieur. Le son du groupe n’était pas encore défini, j’étais encore jeune et je me cherchais encore musicalement. A cette époque j’étais à fond dans Sepultura, Infernal Majesty et surtout Slayer.

« C’est depuis la composition de « Consuming » que je n’écoute plus de musique, je ne veux pas être influencé, et je ne veux pas que les gens disent que telle ou telle chanson sonne comme Morbid Angel ou Death, ça doit sonner comme Pestilence tu vois. « Consuming Impulse » était beaucoup plus personnel car on y retrouve aucune influence extérieure. C’est un album de Pestilence avec une musique qui ne ressemble à aucun autre groupe, et c’est pour cette raison que nous sommes en tournée, « Consuming Impulse » est l’identité de Pestilence.

« Après, que d’autres groupes fassent des albums inspirés par AC/DC ou Iron Maiden c’est bien pour eux, tant mieux, mais pas pour Pestilence. Ce n’est pas ce que je cherche à faire depuis nos débuts…

49897813_2073909285980854_5788647313983406080_n

Ce soir Pestilence joue au Gibus de Paris, c’est la sixième date de la tournée, quelles sont les réactions du public ?

« Très bonnes et c’est la première fois que nous faisons ce genre de chose pour un album de Pestilence. En plus sur « Consuming » c’était Martin Van Drunen qui chantait et pas moi. Les gens ne m’ont jamais entendu interpréter l’album en entier. J’ai pourtant demandé à Martin s’il souhait se joindre à nous pour cette tournée et cela ne c’est pas fait pour des raisons de management… Mais oui, l’accueil venant des fans est très chaleureux.

« En plus cette tournée est l’occasion pour le jeune public de nous découvrir. Faut pas se leurrer, j’ai 51 ans, le public qui vient nous voir a le même âge que moi et il écoute les vieux groupes comme Death, Immolation, Morbid Angel. Les plus jeunes écoutent Aborted, Dying Foetus mais ils ne connaissent pas forcément Pestilence. Le line-up du groupe est jeune et me donne suffisamment d’énergie pour être à fond en concert. Nous ne sommes pas les Rolling Stones qui sont des papys qui ne jouent plus très bien, et on peut pas dire qu’il y ait de réelle motivation dans tout ça, mais bon bref hahaha ! C’est un vrai challenge pour nous que de plaire au jeune public.

44909854_1976290845742699_2754614486886252544_n

Et après cette tournée, quels sont les projets de Pestilence ?

« On travaille sur un prochain album qui sortira en 2020. Pour le moment le titre est « Exitium » et je me concentre vraiment sur ce nouveau disque. La musique sera meilleure, les paroles aussi, l’ensemble sera plus « catchy » car c’est aussi ce que les gens veulent écouter de Pestilence. Si tu proposes quelque chose de trop complexe tu perds certainement l’objectif principal de ta musique, ce sera donc très direct. Pour Pestilence je veux garder ce côté simple et « catchy », j’y travaille beaucoup mais parfois c’est pas facile hahaha !

Cet été le groupe sera au Hellfest, à quoi peut-on s’attendre ?

Pour ce genre de concert il faut toujours prévoir les titres les plus heavy pour rentrer tout de suite dans le truc et que les gens qui ne nous connaissent pas encore disent « Wouah ! C’est Pestilence ! », proposer la meilleure set-list possible. Faire des titres de « Malleus », « Resurrection Macabre » ou encore « Obsideo », jouer les différents styles de Pestilence pour que tout le monde puisse être content. Les albums comme « Consuming » et « Testimony » parlent pour eux-mêmes et après avoir vu ces morceaux en concert les plus jeunes peuvent les écouter sur le net et ce dire « Hey c’est cool et ça date des ’90’s ! ».

Le mot de la fin pour les fans de Pestilence ?

L’interview se termine et j’en profite pour faire signer à Patrick mes albums du groupe. En voyant la pochette de « Spheres » Patrick me demande si je connais la véritable histoire du disque. Lui répondant non, il m’explique alors :

« Testimony » avait été un bon album pour notre ancien label Roadrunner, et en écoutant  les maquettes de « Spheres » leur réaction a été très négative, ils nous avaient fait comprendre que les chansons n’étaient pas assez bonnes pour les sortir. « Spheres » était trop différent et n’a donc bénéficié d’aucune promo à sa sortie. C’était une période pendant laquelle Roadrunner signait beaucoup trop de groupes de Thrash/Death, et ne faisait pas du bon travail. Je sais qu’il y a pas mal de fans qui n’aiment pas « Spheres », et pourtant c’est un excellent disque, un de nos meilleurs.

Pestilence – Facebook

Guillaume

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s