Death Metal, Grindcore, Interviews, Thrash Metal

Terrorizer – Interview Pete Sandoval

Mardi 22 Janvier, la légende du grind Terrorizer joue au Backstage de Paris, situé dans un quartier où ‘tites jupettes et French Cancan ont fait connaitre à travers le monde entier, l’image des nuits Parisiennes de Toulouse-Lautrec.

Le groupe de l’ex-batteur de Morbid Angel est revenu sur le devant de la scène à l’ automne 2018 avec « Caustic Attack », excellent cru de pure death/grind qui s’inscrit dans la continuité du culte « World Downfall » parût en 1989.

1779070_1391442624453498_911609607_n

C’est avec Pete Sandoval himself que votre rédacteur doit s’entretenir, et au moment de mon arrivée dans la salle le trio commence ses balances. Pendant une bonne vingtaine de minutes j’ai carrément droit à un mini concert privé (pour pratiquement moi tout seul), que demander de plus ! Soundcheck terminé, je retrouve Pete (vêtu d’un short-long, débardeur et hoodie zippé grand-ouvert, alors que dehors il neige et que la température de la salle est vraiment loin d’être estivale) qui me propose volontiers de prendre un verre avec lui et de faire l’interview à une des tables du pub. Armés d’une poignée de mandarines, d’une eau minérale pour lui et soda pour moi, la conversation démarre et le magnéto enregistre…

Pete, « Hordes Of Zombies », le précédent album de Terrorizer date de 2012 et « Caustic Attack » vient de sortir. Pourquoi avoir attendu tout ce temps ?

Et bien parce que je voulais bien faire les choses, je voulais bien préparer mon retour. En plus notre ancien guitariste Anthony Rezhawk vivait en Californie, moi en Floride et ces longues distances ne sont pas idéales pour répéter et écrire un album. Mais tout a vraiment repris en 2014, j’ai rencontré Lee Harrison (guitare) dans un club qui m’a dit qu’il était fan de Terrorizer et que si je le souhaitais, on pourrait faire quelques jams sur des anciens titres du groupe. Alors on c’est retrouvé chez moi pour jouer des morceaux et puis ça ma plu tu vois, il y a eu un bon feeling entre nous. Ensuite on a eu l’idée d’organiser une party pour jouer « World Downfall » dans son intégralité, mais sans prétention vraiment. Sam Molina (ex-guitariste de Monstrosity) c’est joint à nous, a pris le chant et la basse, et il nous fallait un nom. Du coup on c’est appelé « Sandoval/Harrison/Molina featuring Terrorizer Tribute » hahaha ! Mais ce que l’on avait absolument pas prévu, c’est qu’on a eu de plus en plus de demandes, et tous les clubs du coin voulaient de nous toutes les semaines ! Lors de ces shows on jouait uniquement l’album « World Downfall » et on a continué à faire de plus en plus de dates et il est devenu évident qu’une nouvelle mouture de Terrorizer prenait forme, nous avons donc décidé de faire un album, « Caustic Attack ».

46471807_2183549825242770_616103536668704768_n

Et de quoi parle « Caustic Attack » ?

C’est du grindcore pure et dure, dans la tradition Terrorizer hahaha ! L’album parle des sujets chers au genre : la guerre, la famine, les victimes, les bombes etc… « Caustic Attack » porte bien son nom car il parle de ce qui désorganise notre monde. Lorsque tu regardes la pochette, tu peux voir des soldats armés, des personnes qui meurent, des avions qui bombardent, et trois personnages centraux qui dirigent tout ça ! Ce sont nos gouvernants qui sont la cause de ce désordre, ils sont responsables ce ce chaos ! La pochette résume les conséquences de ces décisions qui ne sont que des luttes de pouvoir et des conquêtes de territoires… Quand tu vois ce qui se passe en Iran, Syrie, Russie, Israël… c’est épouvantable, et de toute façon ces gens déclareront autant de guerres que possible et seront tous jugés un jour. Il n’y a que Dieu qui est juge. C’est mon avis, j’ai le droit de dire ce que je pense, mais je ne suis pas ici pour juger. C’est quelqu’un d’autre qui s’en chargera au moment voulu hahaha !

Terrorizer demeure la référence du grind avec sa musique et ses textes. Vous avez influencé beaucoup de groupes, et que penses-tu de cet héritage ?

(Ndr : Pete épluche sa mandarine de manière très pensive…) Tu sais, la majorité des fans de Terrorizer n’aiment pas vraiment nos autres disques. Il y en a beaucoup qui ne jurent que par « World Downfall »… C’est notre classique. Je sais très bien que pas mal on été influencé par notre son et cet album, mais pour moi « Caustic Attack » est le résultat, le mélange de tout ça. Sur l’album on retrouve, le vieux, le nouveau, l’extrême et le côté « speed ». Je ne dis pas que « Caustic Attack » est meilleur que « World Downfall », car c’est impossible. Ce disque sera toujours notre « number one ». Ce qu’il faut retenir de « World Downfall », c’est la période pendant laquelle il est sorti, les musiciens qui y jouaient, l’endroit où il a été enregistré, que c’est Scott Burns qui a fait le son aux fameux Morrisound Studio. On a laissé une emprunte indélébile avec ce disque.

49630871_515104405653771_3864721064542076928_n

Et quels sont les projets pour Terrorizer ?

Alors en ce moment on est en pleine tournée Européenne, ensuite on a des shows de prévus en Amérique Latine. Et puis on souhaite surtout poursuivre dans cette lancée tu vois. On sait que « Caustic Attick » est un bon album, je passe beaucoup de temps chez moi a enregistrer des démos, à composer des titres. Tu sais que pour « Caustic Attack » on avait quand même une bonne vingtaine de chansons, et nous n’avons retenus que les meilleures. Donc après la tournée on va recommencer à répéter, composer pour un prochain album c’est sur et certain hahaha !

Pete, tu joues dans Terrorizer, tu as été avec Morbid Angel, mais on ne sait pas grand chose sur tes influences. Quels sont les batteurs ou les albums qui t’ont poussés dans cette voie ?

En fait j’ai commencé la batterie vers 1984/1985 lorsque j’étais au lycée. Je n’en avais jamais joué avant, mais j’étais très attiré par cet instrument. A cette époque j’écoutais Judas Priest, AC/DC, Black Sabbath. Ensuite j’ai été séduit par le Speed-Metal des premiers albums de Metallica « Kill ’em All » et « Show No Mercy » de Slayer. Mais celui par qui tout est arrivé est certainement « Killers » d’Iron Maiden avec Clive Burr ! C’était un album de Heavy Metal très « underground » avec une énergie très Punk que j’ai toujours aimé, mais mon groupe préféré reste Slayer sans aucun doute !

Pendant que nous discutons batterie, Pete s’empare de deux chaises et me fait une démonstration des ses techniques de tempi, tout en m’expliquant que pendant les années 80 il écoutait Kreator, Sodom, Destruction, Celtic Frost, mais que sont but était de devenir un batteur rapide, technique et précis. A ce moment là, il n’y avait que Mike Browning (premier batteur de Morbid Angel et fondateur de Nocturnus) qui avait une technique similaire à la sienne, et lorsque Pete fut contacté par Morbid Angel il put mettre vraiment mettre à profit son côté « speed » qui s’affirmera aussi sur « World Downfall » en 1989…

Pour conclure Pete, as tu quelques mots pour les fans de Terrorizer ?

Merci à Pete Sandoval pour cette interview et au label The End Records d’avoir concrétisé cette rencontre.

Interview du 22 Janvier 2019 – Backstage By The Mill, Paris.

Chronique « Caustic Attack »

48362565_2203145169949902_5322278071103913984_n

Guillaume

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s