Metal Prog, Punk, Reviews, Thrash Metal

Voivod – The Wake

Ecrire quelque chose sur un groupe comme Voivod, c’est un peu comme parler d’une page de l’histoire de la musique. Avoir affaire à un groupe créateur, avant-gardiste, avec un background musical des plus variés dans lequel se retrouvent justement tous les sons jamais créés.

De « War And Pain » à « The Wake », la discographie des Québécois entraine l’auditeur  dans un voyage cérébral de 14 albums, et passe en revue avec lui Thrash, Punk, Industriel, Jazz-Rock, Progressif à grand renforts d’influences Magma / King Crimson, et musique contemporaine. Donc un genre inclassable, mais identifiable entre tous, car dès les premières notes on sait que nous sommes en présence d’un album, d’un titre de Voivod. C’est indéniable.

Voivod - The Wake (album 2018)

Alors, « The Wake » est donc le quatorzième album du groupe de Jonquière – Saguenay (QC), il renferme 8 titres et c’est certainement l’album le plus progressif de toute la carrière du groupe.

Point important à souligner avant de continuer la lecture : cette chronique a été rédigée quelques heures avant une interview téléphonique avec Dan « Chewy » Mongrain (guitares), qui a rejoint le groupe en 2008. En aucun cas des modifications ne seront apportées au texte, sous une influence quelconque. C’est avant tout un fan qui écrit ce qu’il pense du nouvel album d’un de ses groupes phares…

Musicalement, on retrouve ici les riffs alambiqués qui ont fait le son Voivod (Always Moving / The End Of Dormency), avec des structures complexes que ne renieraient pas Robert Fripp (Event Horizon / Orb Confusion). La première partie du single qui fait office de titre d’ouverture « Obsolete Beings » a un petit retour en arrière avec « Angel Rat », il y a aussi « Inconspiracy » qui est un mix entre le plus Voivodien des morceaux enrichît d’une partie orchestrée limite néo-classique sous intraveineuse Punk, on peut poursuivre aussi avec  « Spherical Perspective » qui nous rappelle Pestilence avec l’album « Spheres ».  Et puis, il y a la voix de Denis Bélanger alias « Snake ».

Le chanteur originel de Voivod livre ici sa partition la plus habitée, la plus déchirée, et le plus étonnant,  avec des intonations et un grain qui rappellent Ozzy Osbourne sur la totalité de l’album. Le premier couplet du single « Obsolete Beings » vous aidera à comprendre mon propos.

Voivod - band pic

Mais la cerise qui domine ce gâteau, est assurément l’aspect musical concept-album. Je M’explique. Si vous avez déjà écouté le single « Obsolete Beings » (encore lui !!!), vous avez alors remarqué que passé les 4mns, le thème change complètement et devient plus sombre et expérimental. Et bien accrochez-vous, car ce thème devient carrément une pièce de 12 minutes (Sonic Mycelium) qui nous replonge dans le Mahavishnu Orchestra de John Mc Laughlin avec ce qu’il faut  quand même en gros riffs de guitares !

Avec « The Wake » Voivod signe ici, comme je le disais plus haut, son album le plus progressif, et aussi un très beau cadeau offert à ses fans pour son 35e anniversaire. Anniversaire qu’il ne faudra surtout pas manquer, car nos Québécois seront en concert en France les 22, 28, 29 et 30 Septembre. Un mythe à ne pas louper !

voivod france 2018

Guillaume

1 réflexion au sujet de “Voivod – The Wake”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s